Venise à double tour
EAN13 : 9782849905845
ISBN :978-2-84990-584-5
Éditeur :Équateurs
Date Parution :
Collection :LITTERATURE (NO
Nombre de pages :336
Dimensions : 21 x 14 x 2 cm
Poids : 368 g

Venise à double tour

De

Autre version disponible :

Ebook - Éditions des ÉquateursEn stock14,99 €

À côté d'une Venise de l'évidence se cache une Venise inconnue, celle des églises jamais ouvertes. Jean-Paul Kauffmann a voulu forcer ces portes solidement cadenassées, un monde impénétrable où des chefs-d'œuvre dorment dans le silence. Qui en détient les clefs ? Ce récit, conduit à la manière d'une enquête policière, raconte les embûches pour se faire ouvrir ces édifices.
L'histoire est partie d'une église d'Ille-et-Vilaine où, enfant, l'auteur servait la messe. Il s'y ennuyait souvent, mais, dans ce sanctuaire, il a tout appris. Là, est née la passion de se voir livrer le secret de la chose ignorée ou défendue. Il a poursuivi cet exercice de déchiffrement à Venise, la ville de la mémoire heureuse, pourtant attaquée sans relâche par le tourisme mondialisé.
Depuis un appartement de la Giudecca où il s'est installé pendant des mois, il a arpenté une Venise hors champ. Il a trouvé aussi ce qu'il ne cherchait pas.

Venise à double tour est un livre sur le bonheur de voir et la jubilation dispensée par la ville qui exalte les cinq sens. On y croise, parmi d'autres, Jacques Lacan, Hugo Pratt, une belle restauratrice de tableaux, une guide touristique souveraine, un Cerf blanc, le propriétaire d'un vignoble vénitien et un Grand Vicaire, maître de l'esquive.

Jean-Paul Kauffmann (Auteur) a également contribué aux livres...

EbookVenise à double tour

Venise à double tour

Jean-Paul Kauffmann

Éditions Des Équateurs

Disponible en quelques minutes ! 14,99 €
Outre-Terre

Outre-Terre

Jean-Paul Kauffmann

Folio

Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 8,40 €
L'arche des Kerguelen, Voyage aux îles de la Désolation
Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 8,70 €
Outre-Terre, Retour à Eylau

Outre-Terre, Retour à Eylau

Jean-Paul Kauffmann

Des Equateurs

Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 21,90 €
En savoir plus sur Jean-Paul Kauffmann

Vidéo

Jean-Paul Kauffmann était l'invité de La Galerne le 3 avril 2019 pour évoquer son nouveau récit, "Venise à double tour" (éditions des Equateurs).

2 Commentaires 5 étoiles

Identifiez-vous pour écrire un commentaire.

Commentaires des libraires

Autoportrait Vénitien

5 étoiles

Par .

Ne vous laissez tromper ni par le titre ni par la couverture. Ce livre ne
parle pas de Venise. D’ailleurs Jean-Paul Kauffmann lui-même s’en défend. Tout
a été écrit ou presque sur cette ville dont Casanova disait qu’elle était «là-
haut ». Même Stendhal s’y est cassé les dents « Il ne me vient que des
superlatifs sans grâce... »

Non, le sujet de ce livre, c’est Kauffmann lui-même.
Il s’est mis dans l’idée de visiter les églises fermées de cette ville qu’il
connaît, qu’il aime intimement et dans laquelle il s’est installé plusieurs
mois. Pourquoi ce projet ? Par curiosité ? Oui mais pas seulement. Pour se
fixer un défi ? Oui, un peu. A dire vrai Jean-Paul Kauffmann ne sait pas bien
répondre à cette question et lui-même, comme le lecteur, s’en fiche un peu. En
fait, c’est une sorte de Graal que poursuit l’auteur.

Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u

Une allégorie émouvante et passionnante de l'enfermement

5 étoiles

Par .

‘Venise à double tour’ – Jean-Paul Kauffmann
Équateurs Littérature

Si vous comptez parmi les nombreux amoureux de Venise (dite la ‘Sérénissime’) et que vous avez lu avec plaisir les ouvrages publiés ces dernières années par Jean-Paul Kauffmann, vous ne pourrez pas ne pas lire son tout dernier opus publié récemment aux Équateurs Littérature.

Jean-Paul Kauffmann nous propose de l’accompagner dans sa quête toute personnelle à Venise où il s’installe plusieurs mois en compagnie de son épouse dans l’appartement prêté par une amie proche ; appartement situé dans le quartier de la Giudecca avec une vue imprenable sur les Zattere et la pointe de La Salute. Les connaisseurs apprécieront !

Nous comprenons très rapidement – et ce n’est pas une surprise pour les fidèles lecteurs et admirateurs émus des pérégrinations de Jean-Paul Kauffmann aux Kerguelen, à Sainte Hélène, en Courlande, sur les bords de la Marne – que ce n’est pas l’objet (objectif) de sa quête qui importe le plus à l’auteur, mais la quête elle-même, le cheminement sur la voie du Tao, la réconciliation avec son passé, la poursuite de sa reconstruction, de sa réhabilitation, de sa résurrection presque.

Victimes à Beyrouth, en 1985, pendant la Guerre du Liban, d’un enlèvement par le Hezbollah, Jean-Paul Kauffmann, ses camarades Michel Seurat (mort en détention faute d’avoir reçu les soins qu’exigeait son état de santé), Marcel Fontaine et Marcel Carton ont subi trois longues années d’enfermement dans les geôles de leurs ravisseurs.

Journaliste de profession, Jean-Paul Kauffmann s’est mué, après sa libération chèrement obtenue, en un écrivain talentueux, à la démarche rare, à l’émotion à fleur de peau, à fleur de plume – pourrions-nous le dire –, pudique, humble, discret, passionné, en recherche de la Beauté et qui nous invite très simplement à l’accompagner dans sa thérapie (post-traumatique) par l’écriture.

Jean-Paul Kauffmann se fixe pour cette fois à Venise l’objectif qui peut paraître incongru de réussir à se faire ouvrir – par les autorités compétentes (encore faut-il savoir lesquelles le sont officiellement ?) – les nombreuses églises de Venise toujours consacrées mais définitivement fermées au public, vidées le plus souvent de leurs très riches trésors artistiques (peintures, sculptures) pour cause de vétusté, de manque d’entretien (trop coûteux) et de raréfaction des vocations (et des prêtres et des paroissiens).

Commence alors une quête, une pérégrination de plusieurs mois qui nous amène à redécouvrir un Venise intime, celui des quartiers que ne fréquentent pas les hordes de touristes de plus en plus nombreux, en compagnie de Jean-Paul Kauffmann et de ceux de ses auteurs préférés qui ont eux aussi aimé Venise et écrit sur Venise : Paul Morand, Roland Barthes, Jean-Paul Sartre et Philippe Sollers bien sûr (auteur du ‘Dictionnaire amoureux de Venise’ entre autres) pour ne citer qu’eux.

Jean-Paul Kauffmann rencontre des difficultés insoupçonnées dans cette quête très particulière et il nous a semblé que son récit le plus récent est peut-être celui où les affres de ce que l’auteur a subi au Liban il y a trente ans sont à l’évidence les plus prégnantes.

Le titre qu’a choisi Jean-Paul Kauffmann pour cet ouvrage suffirait à lui seul à le confirmer s’il en était besoin : Venise (enfermé) à double tour !

Comment ne pas voir en effet dans cette quête difficile, complexe, semée d’obstacles divers et parfois insurmontables, empêchée de progresser par des intermédiaires incontournables mais peu fiables, une allégorie de ce qu’a vécu le prisonnier Jean-Paul Kauffmann et surtout des délicates négociations que les autorités françaises ont dû mener auprès d’intermédiaires locaux dont il était infiniment difficile de s’assurer de la fiabilité et pour découvrir à plusieurs reprises que l’auteur et ses codétenus avaient été précipitamment emmenés par leurs geôliers dans une nouvelle cache, une nouvelle cave, quelque part dans la banlieue de Beyrouth.

Autant d’églises que Jean-Paul Kauffmann réussit finalement, très difficilement à se faire ouvrir par la seule personne en possession des clefs et pour mieux constater que le lieu a été vidé de ses trésors : la ‘cellule’ est vide et les ‘prisonniers’ ont été déplacés en un lieu autre …

Invitée dans l’émission consacrée par Laure Adler (‘L’heure bleue’) sur France Inter à Jean-Paul Kauffmann et à son livre ‘Venise à double tour’, Florence Aubenas a livré un témoignage poignant et extrêmement émouvant.

Elle aussi journaliste, elle aussi enlevée et enfermée pendant plusieurs mois (en Irak), elle a trouvé les mots les plus justes pour nous dire comment elle lisait, appréhendait les ouvrages de Jean-Paul Kauffmann, après avoir vécu cette même expérience violente, douloureuse.

Personne n’est mieux placé que Florence Aubenas bien évidemment pour percevoir la justesse de ce que nous dit Jean-Paul Kauffmann, le sens de sa démarche très personnelle, l’importance pour lui de cette quête continuelle d’une réparation inatteignable peut-être, son besoin absolu d’écriture, de littérature, de liberté, de Beauté.

Au travers de ces belles et rares pérégrinations, Jean-Paul Kauffmann nous dit quelque part la même chose que Philippe Lançon dans ‘Le Lambeau’. La lecture, la peinture, la musique ont seules la capacité de tenir à distance respectable les douleurs, les démons du passé et jouent un rôle primordial dans ce très long chemin vers la reconstruction.

À le lire attentivement, il nous semble que Jean-Paul Kauffmann, âgé aujourd’hui de 74 ans, n’est toujours pas arrivé au bout de ce long chemin.

Le sera-t-il un jour prochain ? Nous le saurons en découvrant et en lisant les nouveaux ouvrages que Jean-Paul Kauffmann, nous l’espérons, publiera dans les années à venir.

Jérôme Périgne
(02.04.2019)