Au grand lavoir
EAN13 : 9782848766812
ISBN :978-2-84876-681-2
Éditeur :Philippe Rey
Date Parution :
Dimensions : 22 x 15 x 1 cm
Poids : 230 g

Au grand lavoir

De

Vendu par Librairie Lorguaise (Lorgues 83510)

16.00€

Autre version disponible :

Ebook - Philippe ReyEn stock10,99 €

Une romancière participe à une émission littéraire télévisée à l’occasion de la parution de son premier livre. Elle ne se doute pas qu’au même moment son image à l’écran bouleverse un employé des Espaces verts de la ville de Nogent-le-Rotrou. Repris de justice pour un crime commis il y a trente ans, menant désormais une vie bien rangée, ce dernier est confronté de façon inattendue à son passé, à son geste, à sa faute.

Car la romancière est la fille de sa victime. Et, dans cinq jours, elle viendra dédicacer son ouvrage dans la librairie de la ville.

Un compte à rebours se déploie alors pour cet homme solitaire, dans un climat à la fois banal et oppressant, en attendant le face-à-face qu’il redoute mais auquel il ne pourra se dérober.

Dans ce texte où chaque personnage est en quête d’une réparation intime, Sophie Daull intervient pour affirmer la fidélité qu’elle voue aux disparus, aux fleurs et aux sous-préfectures.

Un roman brillamment construit sur les ambiguïtés du désir de pardon.

Sophie Daull (Auteur) a également contribué aux livres...

La suture

La suture

Sophie Daull

Philippe Rey

Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 17,00 €
Camille, mon envolée

Camille, mon envolée

Sophie Daull

Philippe Rey

Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 16,00 €
En savoir plus sur Sophie Daull

1 Commentaire 3 étoiles

Identifiez-vous pour écrire un commentaire.

Commentaires des libraires

3 étoiles

Par .

Après avoir purgé une longue peine de prison pour le meurtre d’une femme, un employé des espaces verts dans une petite ville vit sans se faire remarquer sous une nouvelle identité. Quand il voit à la télé une romancière venue présenter son premier livre, tout ressurgit. Car elle est la fille de celle qu’il a assassinée.

Les voix des deux narrateurs s’élèvent et s’alternent au fur-et-à-mesure des chapitres sur plusieurs jours. L’homme est d’abord surpris par ce visage vu à la télé qu’il reconnaît. Et quand il apprend qu’elle va venir dédicacer son roman dans sa ville, le monde qu’il s’est construit se fissure. Elle est romancière, a perdu sa mère et sa fille. Alternant les deux voix au fil des chapitres, les souvenirs et les interrogations des deux narrateurs se mêlent au présent. Une tension s'installe mais sans pour autant faire de l'ombre au récit.
Sans donner de leçon de morale, l’auteure amène une réflexion intéressante sur les notions de pardon et de rédemption. Mais, hélas, j'ai trouvé que l’écriture manquait souvent de naturel.
Un avis mitigé pour conclure.