Légende d'un dormeur éveillé
EAN13 : 9782350874197
ISBN :978-2-35087-419-7
Éditeur :Héloïse d'Ormesson
Date Parution :
Nombre de pages :550
Dimensions : 20 x 14 x 3 cm
Poids : 592 g

Légende d'un dormeur éveillé

De

Vendu par Librairie Lorguaise (Lorgues 83510)

23.00€

Autre version disponible :

Ebook - Héloïse d'OrmessonEn stock17,99 €

Pour raconter la vie de Robert Desnos, aussi héroïque qu’engagée, Gaëlle Nohant a épousé les pas du poète, écouté les battements de son cœur, suivi les séances de spiritisme. Elle s’est assise aux terrasses des cafés en compagnie d’Éluard, Man Ray, Picasso ou Garcia Lorca et a dansé des nuits entières au Bal nègre aux cotés de Kiki et de Jean-Louis Barrault.
Son investigation littéraire est fabuleuse, subtile et magistrale. Une traversée du XXe siècle, vivante et tumultueuse, dans les pas d’un héros dont on ne peut que tomber amoureux.
Extrait:
"L’été 1930 est reparti comme un voleur, emportant sur son dos un sac de mauvais présages. Robert, Youki et Foujita ont regardé les files s’allonger aux portes des soupes populaires, entendu les clameurs montant des ventres affamés. Cette rage qui tourne comme un fauve à la recherche d’un défoulement, fût-il brutal et aveugle. Occuper des journées blêmes, sans horizon. La valse sans fin de gouvernements interchangeables, dont on ricane pour ne pas en pleurer. L’impuissance devant ces marionnettes qui n’ont que patrie et morale à la bouche. Réarmer ou pas, dévaluer le franc ou pas. Faire confiance à l’Allemagne ou redouter cette ennemie de toujours. Fermer les frontières de décrets en motions et en quotas, ou demeurer fidèles à une tradition d’accueil vieille de plusieurs siècles. Un jeu d’échecs où le peuple des crève-la faim est toujours mat, quelle que soit la stratégie retenue."

Gaëlle NOHANT (Auteur) a également contribué au livre...

L'Ancre des rêves

L'Ancre des rêves

Gaëlle Nohant

Le Livre De Poche

Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 7,90 €
En savoir plus sur Gaëlle NOHANT

Dossier relatif au livre "Légende d'un dormeur éveillé"

2 Commentaires 5 étoiles

Identifiez-vous pour écrire un commentaire.

Commentaires des libraires

Desnos ressuscité

5 étoiles

Par .

De Desnos, on ne se souvient souvent que des quelques récitations à l’école. Il fut pourtant poète, écrivain, critique de cinéma, amoureux de la plus belle femme de Montparnasse, ami puis rival de Breton et résistant au nazisme. Mille vies que Gaëlle Nohant, l’inoubliable auteure de «La part des flammes» ressuscite en même temps que le mythique cabaret « Le Boeuf sur le toit », Kiki de Montparnasse, les années folles puis l’inquiétude de l’avant-guerre.

On suit Desnos de la Coupole à la Rotonde, dans un Paris qui swingue et qui ose. Au fil des pages, on croise André Breton qui excommunie tous ceux qui ne sont pas assez surréalistes, Antonin Artaud, Anaïs Nin et Aragon. Autant de papillons de nuit qui forment une ronde endiablée.

Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u

Coup de coeur!

5 étoiles

Par .

Disons le tout de suite, ce roman, je ne voulais pas le lire. J'avais abandonné le précédent roman de Gaëlle Nohant, je n'aime ni la poésie (sauf celle, intime, qu'on écrit ou reçoit à/de son amoureux/ -se), ni le surréalisme. De plus, je ne connaissais rien de Desnos.
Mais Gaëlle Nohant nous donne accès à un homme, nous le rend à la fois humain par sa vulnérabilité amoureuse, magicien par sa manière de réinventer la poésie et héros quand la période oblige les hommes à choisir un camp. Et elle nous embarque dans la période qui précède la guerre puis dans celle de la guerre et de la résistance avec talent : j'ai vécu pendant de longues heures dans le Paris de cette époque et j'y ai cru. Tout sonne juste, particulièrement les dialogues. Je me suis agacée de voir le poète amoureux de deux femmes qui ne savent pas lui rendre son amour comme il le mériterait et ai vu là, à tort peut-être, le désir inconscient d'un poète qui a besoin de la souffrance pour écrire; je me suis aussi agacée de l'égocentrisme de Youki (c'est effrayant quelqu'un qui sait aimer. Alors elle lui fait mal pour voir s'il reste quand-même) mais c'est aussi ce qui rend Robert Desnos humain et attachant.
Suivre la scission à l'intérieur du groupe surréaliste m'a passionnée. J'ai noté de nombreuses phrases et ai été emballée par le tout : l'ascension de Robert Desnos qui réinvente la radio ou plutôt l'invente puisqu'elle n'en est qu'à ses balbutiements, le souffle de la solidarité, celle d'avant la guerre avec les manifestations anti-fascisme et celles des hommes de l'ombre ensuite. J'ai beaucoup aimé que l'auteur parsème son roman de textes de Desnos, les ancrant dans sa réalité à lui. C'est une très belle manière d'amener la lectrice que je suis vers la poésie:

Je retrouve en ma bouche une ancienne saveur
Et des noms de jadis et des baisers si tendres
Que je ne sais plus qui je suis ni si mon cœur
Bat dans le sûr présent ou le passé des cendres.

Aux trois quarts du roman, l'émotion m'a submergée. Ça a commencé avec un très beau moment entre Robert Desnos et Jacques, cet enfant d'amis qui vivra ses premières années caché, petit garçon rendu sauvage par cette peur que l'Histoire a instillé en lui mais que Desnos saura apprivoiser avec ses histoires, puis viennent les émouvantes années de résistance et celles de déportation racontées par le prisme de Youki que l'auteure réhabilite magnifiquement. A ce jour, j'ai lu dix romans de la rentrée, j'ai eu deux coups de cœur mais je mets ce roman au dessus de tous les autres.