Pas pleurer
EAN13 : 9782757854723
ISBN :978-2-7578-5472-3
Éditeur :Points
Date Parution :
Collection :POINTS (4143)
Nombre de pages :264
Dimensions : 18 x 11 x 1 cm
Poids : 140 g

Pas pleurer

De

Vendu par Librairie Lorguaise (Lorgues 83510)

7.30€
« Ma mère s’appelle Montserrat Monclus Arjona, un nom que je suis heureuse de faire vivre et de détourner pour un temps du néant auquel il était promis. Ce soir, je l’écoute remuer les cendres de sa jeunesse perdue et je vois son visage s’animer, comme si toute sa joie de vivre s’était ramassée en ces quelques jours de l’été 36, et comme si, pour elle, le cours du temps s’était arrêté le 13 août 1936. »Lydie Salvayre est l’auteur d’une douzaine de romans, parmi lesquels La Compagnie des spectres (prix Novembre) et BW (prix François-Billetdoux). Ses livres sont traduits dans une vingtaine de langues. Pas pleurer a été couronné par le prix Goncourt 2014.

Lydie Salvayre (Auteur) a également contribué aux livres...

Petits romans du Havre

Petits romans du Havre

Isabelle Letélié, Olivia Rosenthal, Sylvain Prudhomme, Marie Nimier, Marie Ndiaye, Lydie Salvayre, Camille Laurens, Koffi Kwahulé, Thierry Illouz

Gallimard

Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 10,00 €
Pas pleurer / roman

Pas pleurer / roman

Lydie Salvayre

Points

Indisponible sur notre site
La puissance des mouches, roman
Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 5,60 €
La compagnie des spectres, roman
En stock, expédié lundi 6,30 €
7 femmes

7 femmes

Lydie Salvayre

Points

Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 7,00 €
Pas pleurer

Pas pleurer

Lydie Salvayre

Seuil

Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 18,50 €
En savoir plus sur Lydie Salvayre

1 Commentaire 5 étoiles

Identifiez-vous pour écrire un commentaire.

Commentaires des libraires

On lit "Pas pleurer" et on pleure

5 étoiles

Par .

 Malgré le titre qui sonne comme une injonction, une invite de Lydie Salvayre à ne surtout « pas pleurer » quand on lit son nouveau livre, à chaque page les larmes nous envahissent. La géniale auteure de « Portrait de l’écrivain en animal domestique » nous offre en effet ici un texte incroyablement émouvant, mais aussi parfois très drôle. En outre, et comme souvent chez Salvayre, il est d’une prodigieuse inventivité stylistique.

« Ma mère s’appelle Montserrat Monclus Arjona, un nom que je suis heureuse de faire vivre et de détourner pour un temps du néant auquel il était promis ». Lydie Salvayre nous parle donc de sa mère qui, devenue très âgée, se souvient de son été 1936. Cette année là, Montserrat avait quinze ans et vivait dans le petit village du fond de l’Espagne où le sort l’avait fait naître, au sein d’une famille de paysans pauvres. Evidemment, 1936 est une date particulière en Espagne, puisqu’alors dans le pays souffle un vent de Révolution. En pleine guerre civile, certaines villes tombées aux mains des insurgés se déclarent communes libres et instaurent dans leurs murs un régime anarchiste où –entre autres expérimentations audacieuses- l’argent est banni. Montserrat a vécu cette parenthèse libertaire, ce temps suspendu où les pauvres ont pu lever la tête, avant que la rébellion soit écrasée dans le sang par les Phalangistes. Quelques mois plus tard,
l’avènement de la dictature franquiste signifie pour Montserrat l’assassinat de son frère adoré, un jeune idéaliste dont elle pleure encore la disparition tant d’années après, et un départ dans la clandestinité vers la France, avec dans ses bras un petit bébé, la sœur aînée de Lydie Salvayre, conçue au cours de cet été radieux.

Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u