La chute de Rome
EAN13 : 9782362791000
ISBN :978-2-36279-100-0
Éditeur :Alma Éditeur
Date Parution :
Dimensions : 19 x 14 x 0 cm
Poids : 326 g
Langue : français
Langue originale : anglais

La chute de Rome

De

Traduit par

Autre version disponible :

Ebook - Alma EditeurEn stock9,99 €

À Ravenne, le 4 septembre 476, le jeune empereur Romulus Augustule – « Auguste le petit » – est contraint d’abdiquer par Odoacre, roi des Hérules. L’empire d’Occident disparaît. Quinze siècles plus tard ce tournant capital de l’Histoire reste fascinant et mal connu. Faut-il parler d'un soudain basculement dans les "âges sombres" ou ne voir, au contraire, dans l'Antiquité tardive qu'une turbulente période de mutation ?
Se fondant sur ses travaux novateurs d'archéologue, Bryan Ward-Perkins démontre que les invasions "barbares" provoquèrent un effondrement spectaculaire touchant tous les domaines : politique, économie, religion et vie quotidienne. Avec humour, érudition et passion, il conteste l'idée - dominante chez les historiens d'aujourd'hui - d'une transition entre l'Antiquité et le Moyen-Âge. De façon concrète et frappante, il montre la fin violente et le soudain décrochage d'une culture, dont l'économie et la technique retombèrent parfois au niveau de l'âge de fer. Tandis que l'empire d'Orient conservait une haute sophistication économique et politique, l'Occident mit plusieurs siècles pour retrouver le niveau de vie et les capacités d'innovation qui avaient été balayés en quelques décennies.

1 Commentaire 5 étoiles

Identifiez-vous pour écrire un commentaire.

Commentaires des libraires

L'Histoire conjuguée au passé... et au futur?

5 étoiles

Par . (Librairie Lorguaise)

La période de la disparition de l'empire romain d'Occident est sujette à différentes interprétations et les "écoles" historiographies s'affrontent vigoureusement sur ce thème.
Bryab Ward-Perkins défend clairement l'idée selon laquelle le changement fut brutal et violent : "Etant convaincu pour ma part du caractère traumatisant pour la population romaine de l'irruption des peuples germaniques, et non moins convaincu du caractère dramatique à long terme de la dissolution de l'empire, je m'attache ici à critiquer les conceptions par trop rassurantes que l'on veut imposer sur la chute de Rome".

[Lire la suite ...]