EbookGeorges-Henri Lévesque, un clerc dans la modernité
Éditeur :Éditions du Boréal
Date Parution :
Collection :Essais et Documents
Langue : français
Langue originale : français

Georges-Henri Lévesque, un clerc dans la modernité

Indisponible Indisponible
Prêtre dominicain, fondateur de l’École des sciences sociales de l’Université
Laval, le père Georges-Henri Lévesque a joué un rôle prépondérant dans
l’histoire moderne du Québec. Par sa présence au Conseil supérieur de la
coopération, sa participation à la Commission royale d’enquête sur
l’avancement des arts, des lettres et des sciences au Canada et son engagement
pour l’éducation en Afrique, il a été un agent de transformation sociale et
politique. Lui qui a été un opposant notoire au premier ministre Maurice
Duplessis s’est vu qualifier de « père de la Révolution tranquille », mais que
sait-on vraiment de ce clerc préoccupé par les affaires de la Cité? Jules
Racine St-Jacques ne met pas en doute l’importance du père Lévesque dans
l’histoire du Québec, mais en retraçant son parcours, il confronte aux faits
historiques ce que la mémoire collective a retenu de l’homme. Érigée en
faculté en 1943, l’École des sciences sociales de l’Université Laval a été un
lieu de formation et d’incubation de savants, d’experts et de militants
notoires qui joueront un rôle de premier plan en amont et en aval de la
Révolution tranquille. Étaient-ils pour autant des disciples du père Lévesque?
Ce dernier partageait-il leurs idées et leurs combats, notamment en ce qui a
trait au catholicisme? Pour répondre à ces questions, l’auteur aborde la
figure du père Lévesque comme celle d’un « intellectuel clérical »,
c’est-à-dire comme un croyant aux prises avec les défis intellectuels et
sociaux d’une société engagée sur la voie de la modernisation. Il en conclut
que Georges-Henri Lévesque n’était ni pour ni contre, mais bien dans la
modernité, habité par les tensions de celle-ci. Le parcours engagé de ce
dominicain dans le Québec des années 1930 à 1960 permet de saisir les grands
enjeux d’une époque effervescente de l’histoire intellectuelle, sociale et
politique. Il permet aussi de mieux comprendre, par la perspective
individuelle, les rapports tendus entre Église et modernité au Québec depuis
le XIXe siècle et le rôle joué par certains clercs pour les accorder l’une à
l’autre. Enfin, il nous montre que le père Lévesque a écrit à lui seul un
chapitre clé de l’histoire de l’éducation.

Commentaires

Identifiez-vous pour écrire un commentaire.