Rhapsodie des oubliés
EAN13 : 9782732487960
ISBN :978-2-7324-8796-0
Éditeur :La Martinière
Date Parution :
Collection :Fiction
Nombre de pages :208
Dimensions : 20 x 13 x 1 cm
Poids : 243 g

Rhapsodie des oubliés

De

Indisponible Indisponible

Logo plateforme

Ce livre est en stock chez 97 confrères du réseau leslibraires.fr,
Cliquez ici pour le commander

Autre version disponible :

Ebook - La MartinièreEn stock12,99 €

« Ma rue raconte l'histoire du monde avec une odeur de poubelles. Elle s'appelle rue Léon, un nom de bon Français avec que des métèques et des visages bruns dedans. » Abad, treize ans, vit dans le quartier de Barbès, la Goutte d'Or, Paris XVIIIe. C'est l'âge des possibles : la sève coule, le cœur est plein de ronces, l'amour et le sexe torturent la tête. Pour arracher ses désirs au destin, Abad devra briser les règles.

À la manière d'un Antoine Doinel, qui veut réaliser ses 400 coups à lui. Rhapsodie des oubliés raconte sans concession le quotidien d'un quartier et l'odyssée de ses habitants. Derrière les clichés, le crack, les putes, la violence, le désir de vie, l'amour et l'enfance ne sont jamais loin. Dans une langue explosive, influencée par le roman noir, la littérature naturaliste, le hip-hop et la soul music, Sofia Aouine nous livre un premier roman éblouissant. Née en 1978, Sofia Aouine est reporter radio. Elle publie aujourd'hui son premier roman, Rhapsodie des oubliés.

1 Commentaire 5 étoiles

Identifiez-vous pour écrire un commentaire.

Commentaires des libraires

Truffaut version Goutte d'Or

5 étoiles

Par .

« Ma tête ne s'arrête jamais. Je dors plus, je cours (...) je descends la rue
Léon comme un ninja (...). Je suis la ligne du métro aérien. Je cours, tête en
l'air en regardant la lune et espérant la rejoindre vite (...). Je cours pour
essayer de rejoindre ma tête. Ça me répare un peu » : ainsi s’exprime Abad, le
narrateur. Cet adolescent héros tragi-comique, c'est un Antoine Doinel des
«Quatre cents coups» version putes tabassées, frères musulmans, crack et
violences urbaines quotidiennes. Version contemporaine donc et, à quelques
pâtés d’immeubles crades et de rues puantes de la place Clichy chère à
François Truffaut. Bienvenue à la Goutte d'Or, quartier parisien à nul autre
pareil. L’auteure, comme son « père culturel » de cinéma, montre cette même
tendresse inouïe pour les territoires de l'enfance. Même croches, primo-
délinquants de pacotille et menteurs, leurs mômes sont de ceux qui bousculent
les mentalités et ravagent les cœurs.

Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u