La Mer à l'envers
EAN13 : 9782818048061
ISBN :978-2-8180-4806-1
Éditeur :P.o.l.
Date Parution :
Collection :Fiction
Nombre de pages :256
Dimensions : 21 x 20 x 2 cm
Poids : 312 g
Langue : français

La Mer à l'envers

De

18.50€

Autre version disponible :

Ebook - POL EditeurEn stock12,99 €

Rose part en croisière avec ses enfants. Elle rencontre Younès qui faisait naufrage. Rose est héroïque, mais seulement par moments.

Marie Darrieussecq (Auteur) a également contribué aux livres...

Notre vie dans les forêts

Notre vie dans les forêts

Marie Darrieussecq

Folio

En stock 6,30 €
Chroniques d’un enfant du pays

Chroniques d’un enfant du pays

James Baldwin

Gallimard

Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 20,00 €
Magazine Zadig, 1, Réparer la France

Magazine Zadig, 1, Réparer la France

Eric Fottorino, Catherine Meurisse, Leïla Slimani, Mona Ozouf, Arthur Frayer-Laleix, Léonor De Récondo, Pierre Rosanvallon, Christian Bobin, Maylis De Kerangal, Orelsan, Patrick Boucheron, Marie Darrieussecq, Estelle-Sarah Bulle, Régis Jauffret, Willia...

Zadig

Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 19,00 €
Le roi des cons

Le roi des cons

Idi Nouhou

Gallimard

Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 15,00 €
Une nuit à Manosque

Une nuit à Manosque

François Beaune, Jeanne Benameur, Arnaud Cathrine, Yannick Haenel, Célia Houdart, Éric Reinhardt, Arno Bertina, Marie Darrieussecq, Julien Delmaire, Patrick Deville, René Frégni, Philippe Jaenada, Maylis De Kerangal, Nathalie Kuperman, Gaëlle Obiégly, ...

Gallimard

Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 10,00 €
En savoir plus sur Marie Darrieussecq

Vidéo

Marie Darrieussecq nous parle de son livre "La Mer à l'envers" (éditions P.O.L.), dans l'émission Dialogues littéraires, réalisation : Ronan Loup.
Interview par Laure-Anne Cappellesso.

2 Commentaires 4 étoiles

Identifiez-vous pour écrire un commentaire.

Commentaires des libraires

Prendre le large

5 étoiles

Par .

Pendant les vacances de Noël, Rose, psychologue, bobo parisienne
quadragénaire, est en croisière sur la Méditerranée avec ses deux enfants mais
sans son mari qui boit un peu trop. Notre héroïne se pose d’ailleurs beaucoup
de questions sur son couple qui tangue et sur leur futur déménagement à Clèves
au Pays basque, le village natal de Rose. Une nuit, entre la Lybie et
l’Italie, le paquebot vient en aide à un chalutier en détresse rempli de
migrants. Comme d’autres croisiéristes, Rose assiste au sauvetage des
naufragés et à la mort tragique de certains d’entre eux, le regard aimanté par
un adolescent nigérien, Younès, à qui elle donnera le téléphone portable de
son fils, se liant au sort du jeune réfugié débarqué en Sicile.

Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u

3 étoiles

Par .

Accompagnée de ses deux enfants Rose part en croisière en Méditerranée. Son mari qui boit de trop et trop souvent n'est pas venu mais cette coupure est une bonne chose pour Rose, elle a besoin de faire le point. Une nuit, le paquebot « un immeuble flottant (..) une ville rêvée, l’utopie à la portée des déambulateurs » recueille des migrants en pleine mer. Rose donne à un jeune migrant nigérien Younès le téléphone portable de son fils. C’est sa façon d’aider.

Ce geste partant d’un bon sentiment sans attendre un retour quelconque et sans chercher à paraître courageuse ou héroïque est un point d’ancrage. Dans la vie de Younes et dans celle de Rose. Ce personnage féminin s’interroge sur sa vie, sur ce qu’elle transmet à ses enfants et sur son couple. Loin d’être un cliché, Rose est un personnage contemporain par ses fragilités, ses réflexions, avec toutes ses ambiguïtés, tiraillée par l’envie d’en faire plus et celle de se protéger. De protéger sa vie et sa famille.

Ce sujet d’actualité est traité sans pathos ou larmoyant par Marie Darieussecq. Elle fait preuve d’un ton loin d’être grave où elle réussit à placer de la légèreté, à nous faire sourire et à rendre hommage à ceux et à celles qui tendent une main pour aider malgré tout. Sans leçon de morale ou de jugement, la politique migratoire est abordée par le prisme de Rose si proche de nous mais que que n'ai pas entièrement comprise.

Au final, il m'a manqué la petite musique et la grâce d'"Il faut beaucoup aimer les hommes". Et cette fois ci malgré une belle humanité sans fard , Marie Darrieussecq n'a pas réussi à me convaincre totalement.