Dans l'ombre du brasier
EAN13 : 9782743645847
ISBN :978-2-7436-4584-7
Éditeur :Rivages
Date Parution :
Collection :Rivages Noir
Nombre de pages :491
Dimensions : 23 x 16 x 3 cm
Poids : 576 g

Dans l'ombre du brasier

De

Autre version disponible :

Ebook - Éditions RivagesEn stock16,99 €

La "semaine sanglante" de la Commune de Paris voit culminer la sauvagerie des affrontements entre Communards et Versaillais. Au millieu des obus et du chaos, alors que tout l'Ouest parisien est un champ de ruines, un photographe fasciné par la souffrance des jeunes femmes prend des photos "suggestives" afin de les vendre à une clientèle particulière. La fille d"un couple disparait un jour de marché. Une course contre la montre s'engage pour la retrouver.
Dans l'esprit de L'Homme aux lèvres de saphir (dont on retrouve l'un des personnages), Hervé Le Corre narre l'odyssée tragique des Communards en y mêlant une enquête criminelle haletante.

Hervé Le Corre (Auteur) a également contribué aux livres...

Prendre les loups pour des chiens

Prendre les loups pour des chiens

Hervé Le Corre

Rivages

Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 7,90 €
Prendre les loups pour des chiens

Prendre les loups pour des chiens

Hervé Le Corre

Rivages

Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 19,90 €
EbookPrendre les loups pour des chiens

Prendre les loups pour des chiens

Hervé Le Corre

Éditions Rivages

Disponible en quelques minutes ! 6,99 €
César Vallejo, Obra poética completa
Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 19,00 €
Après la guerre

Après la guerre

Hervé Le Corre

Rivages

Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 8,50 €
Après la guerre

Après la guerre

Hervé Le Corre

Rivages

Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 19,90 €
En savoir plus sur Hervé Le Corre

3 Commentaires 5 étoiles

Identifiez-vous pour écrire un commentaire.

Commentaires des libraires

"Je ne sais pas s'ils sont courageux ou fous".

4 étoiles

Par .

Hervé Le Corre nous plonge dans le chaos des derniers jours de la Commune, au printemps 1871. Paris, déjà exsangue après l'encerclement de l'armée allemande, est alors assiégée depuis trois mois, tenaillée par la famine, offrant le désolant spectacle de silhouettes osseuses faisant la queue devant ses magasins, de cadavres trouvés au matin dans ses ruelles, de ses maisons éventrées, de ses rues hérissées de barricades. Les rares habitants n'ayant pas fui se terrent chez eux, les bourgeois ayant quant à eux déserté en chargeant quelque domestique laissé sur place de veiller à ce que la canaille ne pille pas leurs salons...

Après la guerre contre la Prusse, la ville est ainsi le théâtre d'une guerre fratricide, les ouvriers parisiens se soulevant contre la nouvelle assemblée formée par Thiers, devenu chef de l'exécutif après la chute du Second Empire et dont l'une des premières prérogatives est d'écraser la Commune. En cette fin mai 1871, ladite Commune est moribonde, pilonnée par les Versaillais qui reprennent peu à peu, rue après rue, la capitale par le sud-ouest. Paris grouille de l'armée de fortune constituée par les gardes nationaux, souvent plus idéalistes que soldats, pas assez nombreux, pas assez armés, qui se désorganise en réalisant que ses espérances n'ont abouti qu'à un cul-de-sac. À la lutte en armes pour un monde nouveau succède une guerre où chacun ne pense bientôt qu'à sauver sa peau. C'est un carnage qui s'annonce...

Au cœur de ce chaos, Hervé Le Corre met en scène un trio de communards : Nicolas Le Bellec, fils d'agriculteur breton, le fougueux Adrien, tout juste sorti de l'adolescence, et Joseph Favereau, surnommé Le Rouge, autant pour ses opinions politiques que pour la rousseur de cheveux. Ils sont inséparables, se sont promis fidélité "à la vie à la mort", et ne songent pas une seule seconde à déserter. Ils iront jusqu'au bout de ce combat, fidèles à cet espoir qui a fait se lever les humbles et les opprimés, et peu importe si au bout de ce chemin, c'est la mort qui les attend : la Commune a montré au peuple l'existence d'une clarté dont il faudra, à l'avenir, alimenter la flamme.

Pour autant, "Dans l'ombre du brasier" ne se limite pas au portrait de ces valeureux, qui donnerait une idée faussée non seulement de l'ambiance qui règne dans ce Paris dévasté, mais de l'humanité en générale... Aux oasis de franche camaraderie, aux élan de solidarité qui permettront à plusieurs reprises à nos héros de sauver leur peau, à l'endurance des infirmières improvisées et des médecins qui s'échinent, dans les hôpitaux de fortune à soigner, réparer, réconforter, malgré la mort qui souvent gagne, il oppose les mesquineries, la bassesse, les délations, les violences injustifiées qui sont d'ailleurs le fait des deux camps.

Indifférents à la révolte des uns comme aux engagements des autres, profitant du désordre ambiant, certains, le crime ne prenant pas de congé, continuent à s'adonner à leur perversion. Ainsi ce photographe qui prend des clichés pornographiques de jeunes filles préalablement droguées, que lui "fournit" Henri Pujols, malfrat défiguré, démoniaque et en même temps pétri d'angoisses irrationnelles, qui les kidnappe à l'aide d'un fiacre conduit par un cocher au visage velu... Antoine Roques, désigné comme chef de la sûreté par le comité de la Commune, enquête sur ces enlèvements, auxquels l'insaisissabilité et la physionomie repoussante des criminels confèrent une dimension presque surnaturelle.

Vous l'aurez compris : à la fois roman historique et enquête policière, "Dans l'ombre du brasier" est un texte dense, dont l'intrigue se développe sur des pans multiples, et c'est peut-être la limite de ce récit par ailleurs excellent, mais qui n'exploite pas complètement toutes les pistes qu'il entame. Il n'en pas moins fort prenant, grâce en grande partie à l'écriture d'Hervé Le Corre, précise et imagée, à la fois vivante et élégante, dont la poésie se mêle naturellement à la violence et à l'abjection comme au souffle épique qui porte le texte de bout en bout, et rend ses personnages mémorables.

Dans l'ombre du brasier

5 étoiles

Par .

Paris, 1871, derniers jours de la commune.
Dans l'enfer des combats qui font rage dans les rues de la ville, des jeunes filles disparaissent. Antoine Roque est chargé de mener l'enquête, mais comment poursuivre des investigations dans un Paris en proie à la guerre civile?
En parallèle, Nicolas prend part aux affrontements sur les barricades mais Caroline, sa promise, disparait à son tour.
Toute la force de ce roman réside dans la superpositions des voix au coeur du brasier. C'est fort, c'est poignant, c'est percutant.
Un magnifique roman noir.

Crimes et chatiments

5 étoiles

Par . (Fontaine Victor Hugo)

Alors que le tonnerre des canons "versaillais" sonne le glas des communards, Antoine Roques, Commissaire de la police de Paris, part à la recherche d'un mystérieux cocher défiguré, lié à l'enlèvement de plusieurs parisiennes. Les recherches s'organisent dans la capitale dévastée, où se croisent soldats blessés, civils et infirmières dépassés et criminels de la pire espèce. Le Corre livre un nouveau polar singulier, dont les fondements historiques immergent le lecteur avec brio. Un immense roman.