LA GRANDE LIBRAIRIE Mercredi 26 mai 2021 : Mahmud Nasimi, Alix de Saint-André, Éric Hazan, Michèle Audin, Lydia Flem

Cette semaine dans La Grande Librairie, grâce à des livres étonnants, nous allons évoquer Paris, cette ville qui aimante, fascine, cristallise l’adoration ou la détestation.

Mahmud Nasimi est un jeune Afghan qui a fui son pays en 2013. Après avoir traversé l’Europe, il découvre Paris en tant que réfugié, errant la nuit dans les rues de la capitale, entre solitude et désespoir… Un afghan à Paris (Éditions du Palais) raconte son itinéraire mais surtout comment, en découvrant par hasard leur tombe au cimetière du Père Lachaise, Balzac, Hugo, Baudelaire et les autres lui ont appris notre langue et l’amour des livres.

Connaissez-vous le Home Pasteur ? C’est l’histoire étonnante de cette pension de famille du 7ème arrondissement, entre les sabres de l’École militaire et les goupillons des nombreux couvents, que raconte Alix de Saint-André. 57, rue de Babylone, Paris 7ème (Gallimard) est une évocation à la fois mélancolique et drôle, impertinent et tendre, d’une véritable saga familiale.

« Paris n’est plus ce qu’il était, c’est vrai et heureusement ! », écrit Éric Hazan dans Le tumulte de Paris (La Fabrique). Un petit livre absolument délicieux, truffé d’anecdotes et plein de propositions pour la capitale, très loin de la déploration habituelle et qui défend cette ville dont on dit tant de mal aujourd’hui.

Michèle Audin est mathématicienne mais aussi passionnée par la Commune de Paris, dont nous célébrons le 150ème anniversaire. Elle publie deux livres passionnants : La semaine sanglante. Mai 1871. Légendes et comptes (Libertalia) et Josée Meunier, 19 rue des Juifs (Gallimard), roman qui retrace la vie d’une femme qui cacha un communard après la répression et les massacres, jusqu’à la loi d’amnistie de 1880.

Paris fantasme (Seuil) de Lydia Flem raconte l’histoire d’une petite rue de Paris, la rue Férou, entre le jardin du Luxembourg et l’église Saint-Sulpice. Dans cette rue ont vécu Athos, l’un des trois mousquetaires, mais aussi Man Ray, Madame de La Fayette, Voltaire, Chateaubriand et mille autres pensionnaires. Un livre fascinant qui pose une question existentielle : qu’est-ce qui donne le sentiment d’être chez soi quelque part ?

Et puis, Si On Lisait A Voix Haute, notre grand concours ouvert à tous les collégiens et lycéens, se poursuit. Comme chaque semaine, un écrivain ou un comédien offre de précieux conseils. Ce mercredi, c’est Nicolas Briançon qui nous donne ses astuces.

Enfin, nous rencontrerons Mathias Grandis de Portefay. Il est bouquiniste quai de la Tournelle, près de Notre-Dame, à Paris.

À mercredi, 20h55, sur France 5 !

En attendant, La P’tite Librairie vous accompagne tous les jours, du lundi au dimanche, sur toutes les antennes du groupe France Télévisions !

Sur France 2 à 13h40 du lundi au vendredi et à 16h00 le samedi et le dimanche.

Sur France 3 à 18h40 du lundi au dimanche.

Sur France 4 à 21h00 du lundi au dimanche.

Sur France 5 : après la diffusion du prime du lundi au vendredi et de façon aléatoire le samedi et le dimanche.

Et en replay quand vous voulez sur le site France.tv.

Au programme cette semaine :

Vendredi 21 mai 2020 : Ivan Gontcharov, Oblomov (Folio)

Samedi 22 mai 2020 : Hannah Arendt, La crise de la culture (Folio)

Dimanche 23 mai 2020 : Ovide, Les Métamorphoses (Livre de Poche)

Lundi 24 mai 2020 : René Char, Poèmes en archipel (Folio)

Mardi 25 mai 2020 : Jules Renard, Le journal (Babel)

Mercredi 26 mai 2020 : Lewis Carroll, Alice aux pays des merveilles (Livre de poche)

Jeudi 27 mai 2020 : Mario Vargas Losa, La fête au bouc (Folio)

Vendredi 28 mai 2020 : Walter Tevis, Le jeu de la dame (Gallmeister)

Samedi 29 mai 2020 : Gérard de Nerval, Sylvie (Folio)

Dimanche 30 mai 2020 : Marcel Pagnol, La gloire de mon père (De Fallois)